GRANDES CONFÉRENCES
Rejean_hebert01.jpg
Mercredi 18 novembre - 8h30 (1 crédit Approuvé APDIQ - SSB)

Nos aînés, mieux les comprendre pour aménager leurs espaces.

 
Le Québec présente l’un des vieillissements démographiques les plus rapides parmi les nations de l’hémisphère nord. Les maladies chroniques, plus fréquentes avec l’âge s’accompagnent d’incapacités physiques et mentales qui induisent un handicap en présence d’obstacles architecturaux ou d’insuffisance de ressources sociales. L’aménagement des espaces doit tenir compte de cette vulnérabilité associée à l’âge pour prévenir d’éventuels handicaps et permettre l’expression optimale de l’autonomie. L’engouement actuel des aînés pour les résidences de personnes âgées ne s’inscrit pas dans une saine intégration de ce groupe d’âge dans la société. Les bâtiments et les infrastructures municipales doivent s’ajuster à la réalité du vieillissement en permettant les activités et déplacements sécuritaires des personnes à mobilité réduite ou présentant des troubles cognitifs. La pandémie de COVID-19 rappelle que les institutions d’hébergement doivent composer avec le double objectif d’assurer un milieu de vie agréable et un environnement sain et sécuritaire.
Dr Réjean Hébert, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal
 
Réjean Hebert, détient un diplôme de médecine en gériatrie de l’Université de Sherbrooke et une maîtrise de philosophie en épidémiologie de l'Université de Cambridge. Il a été le premier directeur scientifique de l'Institut du vieillissement des Instituts de recherche en santé du Canada, après avoir créé le Centre de recherche sur le vieillissement de l'Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke. Élu député en septembre 2012 et nommé ensuite ministre de la Santé et des Services sociaux ainsi que des aînés la même année.
Mercredi 18 novembre - 16h30 (1 crédit Approuvé APDIQ - SSB)

Bon microbe, bad  microbe : comment les contrôler et réduire les risques

Dans un monde qui prend de plus en plus conscience de l'omniprésence des microbes, on cherche tous à prendre dans le contexte actuel, les meilleures décisions quant au contrôle de ces derniers.  Mais pour mieux contrôler les risques, qui sont-ils ces microbes? Comment les contrôler? Quels moyens avons-nous pour limiter leur impact dans notre environnement immédiat? Une mise au point s'impose afin d'y voir plus clair.
Sylvain Beausoleil, M. SC., DESS Bioéthique, Enseignant, Département de Biologie et Biotechnologie
 
Sylvain Beausoleil, M. Sc. en Sciences biologiques avec une orientation en biologie moléculaire, DESS en Bioéthique, enseignant en Biologie et Biotechnologie au Collège Ahuntsic, conférencier en microbiologie. Études graduées sur les infections virales persistantes, et les problèmes liés à la bioéthique en recherche et en études cliniques.
Jeudi 19 novembre - 8h30 (1 crédit Approuvé APDIQ - SSB)

Mieux intégrer la gestion des matières résiduelles dans l’aménagement et la conception des espaces – une opportunité pour contribuer à un Québec sans gaspillage

On estime que le Québec génère annuellement plus de 14 millions de tonnes de matières résiduelles et en 2018, encore 5,8 millions de tonnes étaient éliminées. Le secteur connait une année marquée par des réformes majeures – élargissement de la consigne, modernisation de la collecte sélective, déploiement d’une stratégie de valorisation des matières organiques. C’est l’occasion d’innover et de revoir les façons de faire, pour mieux concevoir et prolonger la durée de vie des bâtiments et des produits, mais surtout pour mieux intégrer la gestion des matières résiduelles dès la phase de planification de travaux ou de projets.

Sophie Langlois-Blouin, Vice-présidente Performance des opérations RECYC-QUÉBEC 

Détentrice d’un baccalauréat en communication publique de l’Université Laval et d’une maitrise en environnement de l’Université de Sherbrooke, Sophie Langlois-Blouin œuvre au sein de la société d’État RECYC-QUÉBEC depuis octobre 2005. À titre de vice-présidente, elle voit à assurer la performance optimale de l’ensemble des dossiers opérationnels de RECYC-QUÉBEC en plus de coordonner la mise en œuvre des interventions prioritaires découlant du plan d’action gouvernemental en gestion des matières résiduelles.

Jeudi 19 novembre - 16h30 (1 crédit Approuvé APDIQ - SSB)

Au-delà de chez-soi - Réfléchir aux dimensions sociales dans notre rapport à l’espace aménagé

Aménager son monde, c’est quelque chose qui peut être très exigeant : il faut à la fois tenir compte des facteurs humains, des contraintes et opportunités environnementales, architecturales et économiques, des normes en terme d'accessibilité, d'hygiène et de sécurité. L’objectif de la conférence vise essentiellement à placer au coeur des préoccupations les humains, leurs comportements sociaux et leurs façons de faire usage de l’espace aménagé qui les entoure, que ce soit dans les espaces publics ou dans le confort de leur « chez-soi ». Il sera notamment question de prendre la mesure de l’effet de l’aménagement et du design sur leurs comportements, mais aussi des signes et de la signalétiques qui composent et organisent ces espaces aménagés.
Maxime Boucher, Doctorant, chercheur en sociologie urbaine a l'INRS
 
Pratique la sociologie urbaine. Il termine un doctorat au programme d’études urbaines de l’INRS durant lequel il a travaillé principalement sur les questions touchant la planification urbaine à l’échelle des quartiers, des espaces publics et de l’aménagement dans une perspective interdisciplinaire.